Nouvelles

Série de soirées-débats : Arts, résistance et reconnaissance – 2019

 In Non classifié(e)

Après une année riche en échanges sur la racisation, les préjugés et l’appropriation culturelle, avec en arrière-plan une consultation sur le racisme systémique qui s’est conclue par une journée de dévoilement du rapport, DAM a poursuivi avec une deuxième édition de « Réflexion en trois temps » tout aussi exaltante.

2019 a fait son entrée avec un bilan : notre pluralité identitaire est ancienne, mais le processus d’équité culturelle ne fait que commencer. Pourtant, les communautés historiquement asservies n’ont cessé d’utiliser les arts comme moyen de résistance à la marginalisation, à l’oubli et au mépris, sans qu’une reconnaissance de leurs multiples contributions à la culture québécoise leur soit donnée à la hauteur de leur apport.

Cette nouvelle saison entendait faire un état des lieux spécifique aux communautés noires et autochtones, présenter des angles de vue sur leurs réalités actuelles et les perspectives en vue. Participative et interactive, chaque soirée est lancée par une activité brise-glace suivie d’une discussion avec le public, alimentée par les réflexions d’un panel d’artistes et d’universitaires.

Pour visionner les débats réalisés en 2019 dans leur intégralité suivez ce lien sur la page Facebook de DAM.

DÉBAT #1 : ARTISTES NOIR-E-S : DROITS CULTURELS ET RECONNAISSANCE

Lundi 25 mars 2019 – 5à7 – Maison de l’Afrique

Spectacles de ménestrels (minstrels shows), adulation des soirées jazz des années 1920 aux années 1970, blackface ou encore manifestations d’appropriation culturelle… Empreinte d’amour, de tromperies et de désaveux, la vie artistique montréalaise et québécoise n’est pas un long fleuve tranquille dans son rapport aux communautés noires.

Nous sommes maintenant à mi-chemin de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024). Quelles sont les actions concrètes posées en faveur des droits culturels des personnes noires à Montréal et au Québec? Quelles sont les démarches à suivre pour une véritable reconnaissance des artistes noir-e-s et de l’héritage culturel des communautés noires? Où trouve-t-on les récits racontés par elles et comment les amener dans la trame narrative?

Cette première soirée-débat s’inscrit dans le cadre de la Semaine d’actions contre le racisme.

Panélistes :

  • James Oscar, critique et historien en danse et en arts visuels
  • Stanley Février, artiste visuel
  • Vanessa Kanga, artiste musicienne et fondatrice du Festival Afropolitain Nomade

Modération : Rhodnie Désir, Femme d’affaires culturelles et chorégraphe

Illustration : Kando

DÉBAT #2 : ARTS AUTOCHTONES : RÉSISTANCE ET DÉCONSTRUCTION DE L'HISTOIRE

Lundi 29 avril 2019 – 5à7 – Espace culturel Ashukan

L’histoire coloniale a balayé des récits l’histoire des Premières nations, Métis et Inuit qui ont continué à raconter leurs luttes et résistances collectives. Leur reconnaissance se limite trop souvent à une invitation à présenter une performance artistique rituelle pour l’ouverture de cérémonies officielles, sans considération pour leur histoire et les réalités de leurs cultures.

Des associations œuvrent depuis longtemps à la diffusion de leurs pratiques artistiques et culturelles et à la conscientisation aux droits autochtones. Le mouvement “Idle No More” a permis de fédérer et de visibiliser, en cette ère numérique, les protestations des peuples autochtones à travers un art engagé. Pour reprendre l’interrogation de Nadine St-Louis, entrepreneure sociale autochtone et Fondatrice-directrice générale des Productions Feux Sacrés : « comment créer un espace visible pour les artistes invisibles et essentiel pour la déconstruction de l’Histoire? »

Panélistes :

  • Alexandra Lorange, juriste en droit autochtone/conseillère à l’accueil et à l’intégration des étudiants autochtones
  • André Dudemaine, fondateur et directeur de Terres en vues
  • Isabelle Picard, ethno-muséologue wendat

Modération : Nadine St-Louis, Entrepreneure sociale autochtone et Fondatrice-directrice générale des Productions Feux Sacrés

Illustration : Jacques Newashish

DÉBAT #3 : ART ENGAGÉ : LE COÛT DE LA RÉSISTANCE

Lundi 17 juin 2019 – 17h30 – 19h30 – Théâtre Aux Écuries

L’art engagé est plurimillénaire et sa censure l’est tout autant : les dénonciations et les revendications au moyen d’œuvres artistiques passent souvent pour des actes subversifs susceptibles d’être sanctionnés. En contexte démocratique, on s’attendrait à ce que cette forme d’art politisée ait gagné sa place à l’instar de l’art « purement » esthétique. Toutefois, considérant les difficultés des artistes racisé-e-s à se faire une place dans le milieu des arts au Québec, leur engagement pourrait leur occasionner des difficultés supplémentaires.

Où sont diffusées – quand elles le sont – les œuvres d’artistes racisé-e-s qui s’inscrivent dans une démarche militante? Cette forme d’art nuit-elle à leur parcours et à leur visibilité au Québec? Quelles sont les répercussions sur leur santé et leurs conditions économiques?

Panélistes :

  • Claire obscure : artiviste pluridisciplinaire
  • Yara El Ghadban : romancière et anthropologue
  • Lydie Dubuisson : créatrice de spectacles, autrice dramatique, metteuse en scène et conteuse

Modération : Amel Zaazaa

Illustration : Farzaneh Rezaei

Autres nouvelles

Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer