Un essai sur la diversité culturelle dans le paysage artistique québécois : un état des lieux sans langue de bois

 In

Jérôme Pruneau, directeur général de Diversité artistique Montréal (DAM) et ethnologue de formation, propose dans l’essai « Il est temps de dire les choses », un constat poignant, étayé de faits et d’observations, sur les obstacles auxquels sont confrontés les artistes dits de la diversité, tout en faisant la démonstration de leur sous-représentation sur la scène artistique.

Paru en 2015, ce livre fait la lumière sur cette question afin d’amener notre société à réfléchir et éventuellement, à changer. L’auteur provoque des discussions, propose des pistes de réflexion et des idées de solution, et surtout, il ne laisse personne indifférent.

Il nous rappelle que « le talent n’a pas de couleur ou d’origine, il devrait éclater à partir du moment où une chance de le montrer est offerte ». Pourtant, comme tous les milieux professionnels, le milieu artistique est « un domaine où le protectionnisme existe et fait encore office de résistance, de façon insidieuse, à une ouverture franche, massive et saine », confinant les « artistes de la diversité » à la marge. Au-delà des débats, la seule manière d’amener le changement est de poser des actes concrets : « il est temps de dire les choses, d’en prendre vraiment conscience, de s’asseoir, de se poser les bonnes questions, d’en débattre, et de mettre en place de véritables actions, non pas en mots, mais en actes. Bref, il est temps de se regarder en face, de faire un grand pas en avant, un pas durable. On l’a vu, certains s’y sont mis. Ce n’est pas assez, tout le monde doit s’y mettre. »

Comportant son lot de questionnements et de remises en question, l’essai de Jérôme Pruneau risque fortement d’apporter un vent de changement!

Procurez-vous l'essai

Il est temps de dire les choses

Disponible en librairie ou au bureau de DAM

24$

Autres nouvelles

Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer