Un Congrès sur le théâtre et la diversité culturelle : ouvrir un dialogue pour bâtir un milieu inclusif

 In

Montréal, le 11 novembre 2015 – Le 13e Congrès québécois du théâtre s’ouvrira demain sous le signe de la diversité culturelle. Cet événement, organisé par le Conseil québécois du théâtre (CQT) tous les quatre ans, est un temps fort pour le milieu du théâtre, un moment d’échange et de dialogue. Pour la première fois, la question de la diversité culturelle y sera abordée de front tout en mobilisant un large éventail de professionnels du milieu.

Diversité artistique Montréal (DAM) se réjouit du choix du CQT de mettre à l’avant plan cette thématique, reconnaissant ainsi qu’il s’agit d’un « enjeu profondément d’actualité et porteur d’avenir » mais surtout, qui concerne l’ensemble des acteurs du milieu. Ces conversations publiques, qui se dérouleront sur trois jours, seront l’occasion d’aborder les défis qui se posent en matière de diversité : d’un côté, les obstacles rencontrés par les artistes dits de la diversité et les artistes autochtones, et de l’autre, le besoin grandissant pour les diffuseurs et les compagnies de diversifier leurs publics. Souvent inexistant, ce dialogue s’avère plus que nécessaire, à la fois pour susciter la rencontre mais aussi pour briser les idées reçues entre les artistes dits de la diversité et les employeurs du milieu.

DAM salue également le travail préparatoire et de longue haleine qu’a réalisé le CQT, lequel jette d’ailleurs les bases pour entamer un débat éclairé sur les réalités du milieu. Leur étude, que l’on peut consulter dans le cahier du participant, dresse un portrait de la présence des artistes autochtones et des artistes dits de la diversité dans les productions théâtrales de la saison 2014-2015. Un des constats qui ressort demeure la sous-représentation de ces deux groupes minoritaires, avec ce chiffre révélateur : seuls 10,5 % des contrats des 157 productions des compagnies établies à Montréal ont été attribués à des artistes dits de la diversité ou autochtones. Quand on sait que 33,2% de la population montréalaise est issue de l’immigration, auxquels il faut ajouter les personnes identifiées comme minorités visibles, il apparaît évident que les productions théâtrales offrent un reflet déformant de la réalité démographique de Montréal.

L’avenir du théâtre passe par la nécessité de raconter la société québécoise telle qu’elle est et c’est à ce prix que le théâtre conservera la place qui est la sienne : celle d’un pilier de dynamique sociale.

Aussi, à tous les acteurs du milieu d’ici ou d’ailleurs qui forment la grande famille du théâtre québécois d’aujourd’hui, souhaitons-nous des débats enflammés, audacieux et surtout constructifs!

Autres nouvelles

Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer