25 ans de Nyata Nyata : quand la danse devient l’inépuisable source « des arts, des personnes et des savoirs »

 In

Montréal le 14 juin 2013 – Diversité artistique Montréal (DAM) a fêté hier les 25 ans d’une institution exceptionnelle dont l’ancrage dans le paysage montréalais marque son immense contribution à la richesse d’ici : Nyata Nyata ou un quart de siècle d’une vision incarnée par une femme, Zab Maboungou.

Saluée dans le monde entier pour son apport substantiel à la danse africaine hors frontière, à la fois intemporelle et moderne, mais aussi ici au Québec pour son acharnement à aller devant, cette danseuse engagée, visionnaire et d’aucuns diraient « emmerdeuse », a su porter le flambeau d’une danse contemporaine dont l’approche ne s’arrête pas aux limites de la discipline technique, mais embrasse une dimension inlassablement globale, intégrale. Mais pas seulement. Zab Maboungou lutte. Elle harangue, propose, mobilise et finalement prône une conception de la diversité englobante, inclusive et, là encore, globale, comme si, l’ayant compris depuis longtemps et personnifié par sa propre histoire (elle est d’une mère bretonne et d’un père congolais), elle dessinait les contours d’une société québécoise idéalement (re)composée à l’aune d’un « Nous-Autres » actuel qu’il faut porter, en opposition à cet « Autre » nommé et définitivement dépassé.

DAM tient donc à souligner ces 25 ans de patrimoine désormais inscrit dans le marbre culturel local comme autant d’empreintes significatives qu’il est impératif de relever, honorer et respecter afin que le travail de ces précurseurs (nous avons salué récemment Lamine Touré fondateur de l’institution Nuits d’Afrique) ne soit pas vain et, au contraire, engage le Québec vers son devenir : un pays modèle paré d’une vision unitaire du monde, plurielle et humaniste où, incontestablement et jalousement, il fait bon vivre. Merci Zab et joyeux anniversaire.

Autres nouvelles

Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer