Lise des Greniers

BIOGRAPHIE

Très jeune Lise manifeste son amour pour les arts, principalement pour la danse et la musique classique. À l'âge de 6 ans, elle commence une formation en ballet classique. Dans la même période, elle suit des cours avec la comédienne France Arbour. À 9 ans, elle entreprend une formation en musique, mais au grand dam de sa mère, Lise préfère le piano à l'orgue. Adolescente, elle est comédienne au sein d'une petite troupe de théâtre. Mais ce qui facine profondément Lise ce sont les huiles sur toile. L’adresse avec laquelle l’artiste pose son coup de pinceau la transporte dans un ailleurs où seule la beauté existe.

De 2001 à 2005, elle suit une formation en huile sur toile avec l'artiste-peintre impressionniste Ayfer Gursoz (diplômée de l'École des Beaux-Arts de Paris). En 2016, après ses études en psychanalyse clinique un tournant décisif se produit : un nouvel élan créatif s’impose et la fait basculer de l’art représentatif à l’art abstrait. Désormais, ses œuvres s’inscrivent dans la ligné de l’art contemporain. Lise travaille en techniques mixtes avec du papier amalgamé avec une variété de matières collés sur panneau de bois profilé galerie. Tel une autodidacte, elle développe sa propre technique de production. Son style est manifeste et sa signature est unique. Ses œuvres s'inscrivent dans le continuum temporel de sa démarche artistique.

En 2016, Lise va en Europe pour un voyage de recherche en art visuel. Son sujet est : L’influence du repli identitaire et de la position d’ouverture sur les mouvements et les couleurs. Depuis, elle a eu l’opportunité de réaliser quelques expositions solo et plusieurs expositions collectives au Québec et à New-York. Elle a été jury lors de concours. Elle fait des médiations culturelles. Actuellement, Lise étudie à l’UQAM en histoire de l’art.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

L’art positionne l’individu dans une expérience esthétique où dans un élan de liberté, l’effet du sublime le transporte au-delà : en lui-même.

Auparavant, je peignais des paysages et des natures mortes sur canevas avec des pigments à l’huile. J’imitais la nature, je la copiais. Ma formation en psychanalyse a déclenché un moment charnière où un sentiment d’insatisfaction m’a poussé à recouvrir spontanément de peinture l’oeuvre inachevable sur laquelle je travaillais. Après, dans un mouvement de recul, j’ai vue au-delà de la Ballerine représentée; j’ai compris que la source de mon art était non pas dans la représentation mais dans l’expression et, que tout mon talent résidait dans mon inconscient. Le réel que je peignais n’était plus à l’extérieur de moi mais à l’intérieur de moi. Dès lors, une pulsion créatrice vibrait en moi et me pressait de créer.

Dans ma recherche d’un nouveau médium, j’ai été inspirée par le papier. Je l’utilise non pas comme une citation ou une appropriation, mais comme pigment. Il possède ses couleurs, ses motifs ou une unicité et, aussi comme médium structurant puisque ses empreintes et sa texture lui attribut un relief. Les premiers effets de mon état créatif se manifestent lors du choix du papier qui possède la couleur et la texture avec lesquels mon oeuvre commence. Par un mouvement délicat, le silence alterne avec le son de la déchirure; cette vague créatrice enveloppante où je me maintiens. Dans cet état, mon unique objectif est de créer des mouvements colorés. Chaque papier est choisi, déchiré et immédiatement collé afin de prendre sa place dans un ensemble esthétique. Une composition harmonieuse entre les déchirures de papiers juxtaposés jusqu’à la saturation complète du support. Par la suite, avec différentes perspectives, je recherche un sujet. De l’œuvre en aplat, il est extirpé déstructuré et circonscrit avec la matérialité des amalgames. Ce sujet est l'énigme de l’innommable, l'allégorie d’un état, d’un moment, d’un ici et maintenant ou d’un ailleurs. Chacun s’inscrit dans le continuum de ma recherche en art et ce, autant au niveau du développement de ma technique que de mon expression créatrice. Afin d'être transparente, mes oeuvres sont datés du jour de leur naissance; cette chronologie témoigne de ce qui m'anime. Mon corpus est une allégorie partagée.

Mes œuvres propulsent le spectateur dans un univers sans mot où les mouvements et les couleurs le positionne dans une quête de repères et de ressentis. La perception des repères va et vient, ils s’estompent et réapparaissent. Lentement ils permettent d’accéder au sujet, à la fois dans son ensemble et dans ses parties. Là où les lignes définissent les limites, le sujet prend forme et pour un court instant, ce sujet émerge de sa relative difformité imposée par l’abstrait pour habiter l’imaginaire du spectateur : y prendre vie, s'y mouvoir. Ce jeu de perspectives positionne le spectateur là où, dans son imaginaire et au-delà de lui-même, il est relié à sa propre créativité.

Mon intention est de créer des oeuvres qui interpellent, des oeuvres empreintes de sensibilité. Je les veux avec une telle douceur fascinante qu’elles aient la puissance de placer le celui-qui-regarde dans une position inspirante, créatrice et, tout comme ce le fut pour moi, qu’il soit dans une position révélatrice de son réel. Ainsi il accède à un savoir jusque-là ignoré. De ce savoir, il est en mesure de d'accéder au récit de sa propre allégorie.

DISCIPLINES

Arts visuels

COMPÉTENCES

enseignement, collage, huile sur toile, etc.

LANGUES PARLÉES

Français

RÉSEAUX SOCIAUX


Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer