Graziella Malagoni

BIOGRAPHIE

Née en Italie en 1939, Graziella Malagoni étudie l’art, la mode et l’économie à Milan. En 1961, elle suit son cœur et se marie à Winnipeg où elle met au monde ses trois filles. En 1967, elle s’installe à Montréal et y réside depuis.

Pendant près de vingt ans, l’artiste travaille avec différentes techniques dont le fusain, l’acrylique et l’huile. Dès 1970, ses œuvres grand format, exécutées au crayon, sont représentées à la Banque d’œuvres d’art du Canada. Début des années 80, elle entreprend une carrière en mode et crée sa propre griffe «Graziella»; chaque pièce est unique et travaillée comme une œuvre d’Art en couleur, avec une attention particulière aux détails et à la qualité des matières.

La recherche de la spiritualité, au même titre que la création, a toujours fait partie de la vie de Graziella. Depuis 1994, elle est consultante en médecine holistique. De 1998 à 2004, elle a été directrice du NHC Institut, école de santé holistique. En 2005, elle présente une exposition solo Anima Mundi et en 2009 une parade sur la canal Lachine. Après avoir créé plusieurs supports et utilisé différentes techniques, Graziella a choisi la peinture sur soie. Cette matière utilisée d’abord pour des questions pratiques est devenue pour l’artiste, le véhicule parfait pour une expérience spirituelle de la découverte du Soi.

DÉMARCHE ARTISTIQUE

Du plus loin que je me souvienne, la soie m’a toujours fascinée. Que ce soit celle des larves de bombyx dans les champs de mûrier, les cheveux de mes poupées, les bannières des cérémonies religieuses, toujours fastueuses dans mon Italie natale, l’iconographie sacrée de la Chine, du Tibet ou de l’inde. Cette soie, métaphore exemplaire de la vie dans sa force et sa fragilité m’a toujours accompagnée. Je l’ai peinte de couleurs vibrantes, j’en ai fait des vêtements fluides. Mais c’est en 2005 qu’elle est devenue le support propice à l’expression de mon art et de ma recherche. Je la tends en des voiles d’organdi, que je peins principalement en noir et blanc, sur un grand cadre horizontal. Elle m’offre dans ce matériau par sa texture et sa transparence des champs infinis de lumière.

Dans ma quête d’une archéologie de l’âme, j’ai consigné sur de longs bandeaux d’organdi, un récit visuel à travers les symboles de différentes civilisations. On y retrouvait les traces de mes voyages au Mexiques, en Amérique du Sud, à Hong Kong, en Inde et en Thaïlande. Aujourd’hui j’interroge les fragments qui subsistent, comme autant d’éléments d’un immense puzzle. Ils s’entremêlent à une multitude d’images contradictoires, en rupture ou en opposition, qui s’enrichissent par métissage et juxtaposition. Les signes d’une volonté de pouvoir se révèlent, tentative éperdue pour combler le vide spirituel de l’époque où l’âme contemporaine se vit écartelée.

Mon travail est essentiellement méditatif. Ma main se fait l’instrument de forces inconscientes. Mon mental est exclu de ce processus créatif. Pour dévider le fil ténu qui relie au sacré, au vivant, je me recueille pour m’ancrer au divin au plus intime de mon être. Dans des gestes automatiques, la peinture révèle en une expression symbolique le mystère. Il se manifeste dans des formes aussi bien figuratives qu’abstraites. Le langage visuel répercute une expérience intérieure en dehors de toute considération esthétique ou morale.

Le travail final est mis en espace sous forme d’installation immersive, interactive et modulable. Elle n’est pas préétablie mais s’élabore en fonction des lieux où elle est exposée, seul est déterminé l’ensemble des éléments qui la composent. Elle offre par superposition et transparence des interprétations multiples qui se conjuguent, elle rend compte de la complexité non réductible du réel et offre autant de lectures que de regards. Son architecture est ouverte.

DISCIPLINES

Arts visuels

COMPÉTENCES

Peinture sur soie, peinture sur organdi, tapisserie, dessin au crayon

LANGUES PARLÉES

Italien, Français, Anglais

Effectuez une recherche et appuyez sur Entrer