Véronique Besançon

Artiste autodidacte, poursuivant le mouvement d’immigration du début du siècle en Europe, de famille d’origines hongroise, russe et française, élevée en France, j’ai immigré à Montréal au Québec en 97 forte de ces diverses origines. J’ai toujours vécu dans l’univers artistique, j’ai exploré la danse contemporaine à Paris, le théâtre dans le Sud de la France ainsi que l’écriture et la peinture. Je me suis lancée dans la création en arts visuels voici une dizaine d’années, créant un espace personnel de reconstruction de ces parcours riches et multiples, espace rassembleur de la liberté du mouvement et de pensée tout en émotions et en couleurs . En 2009, j’ai exposé mon travail pour la première fois et j’ai découvert ainsi le plaisir et la nécessité du partage et de l’échange. Depuis je multiplie les occasions de rencontre dans les espaces virtuels, les galeries et les lieux publics.

Depuis mon enfance l’authenticité me passionne et me bouleverse, c’est elle que je continue de chercher et d’explorer dans ma peinture.

La toile vierge est ma première source d’inspiration, un espace-temps qui invite à tous les possibles. Munie d’une palette de couleurs issues de mes de mes différentes origines, de pastels secs, de pinceaux et de couteaux, je m’abandonne au geste. Ce premier toucher, cette première esquisse donnent le ton à d’un dialogue avec la matière et la couleur, amorcent un échange dont le sujet se dévoilera pas à pas.

Dans ce jeu entre les couleurs, les matières et la gestuelle, ce dialogue vivant découpe l’espace en toute liberté, dessine un mouvement brut, développe petit à petit un sens. Dans le bruissement des pinceaux, des chiffons, des couteaux ou bien même des doigts, ce corps à corps avec la toile écrit une histoire qui parle de force irrépressible, de douceur et d’humanité. Se déployant au rythme intérieur de ce pas de deux, l’espace s’enrichit de couleurs, se compose, s’égare parfois en digressions et finit par atteindre son aboutissement : un regard sur un moment de vie, le témoignage d’un évènement fugace.

Comme des reflets éphémères trop vite engloutis par un quotidien trop pressé, de courts instants habités d’ambiances et de personnages entrevus trouvent ainsi sur la toile le temps et le lieu de leur achèvement. Cette expression épurée du parcours et du sens profond rencontrera le visiteur dans son histoire personnelle: celui de l’entendement partagé.