Ginette Roy Doura

Née à Cavaillon (sud d’Haïti),après ses études universitaires en Belgique, elle s'installe au Québec en tant que Chimiste diplômée de L'Université Libre de Bruxelles.Accueillie à Drummondville, elle y a enseigné les Sciences jusqu'en 1996, année où elle déménage à Montréal. Attirée par les arts, elle travaille la poterie et la peinture sur tissus comme passe-temps. Passionnée de photographie elle en subit l’influence dans ses créations. Elle a suivi des cours de peinture à l’école des beaux-arts du Centre Saidye Bronfman de Montréal, a bénéficié des conseils du regretté peintre haïtien Emmanuel Pierre-Charles et la peinture devient une activité essentielle dans sa vie. Elle utilise différents médiums : le pastel, l’aquarelle, l’acrylique,l'huile, le crayon, le fusain etc. sur des supports variés, toile, bois, papier, céramique. En 2001 elle fonde avec son conjoint la maison d’édition Les Éditions DAMI et met à profit ses connaissances en art en réalisant les couvertures et la mise en page des livres qu’elle édite. Retraitée de l’enseignement, l’artiste travaille chez elle à Boucherville et participe régulièrement à des expositions de groupe ou expose en solo. Membre du groupe Les Artistes de Réminiscences(LADR) Inscrite au Répertoire de la Diversité Artistique de Montréal Membre du Club des Arts de Montréal (TAC).

L’artiste a abordé l’art et les couleurs par la musique, la chimie, la photographie, la poterie avant de se consacrer à la peinture. Elle se nourrit de ses souvenirs du pays natal. Ses sujets chaudement colorés traduisent sa vision de la femme, forte, mais combien occupée et préoccupée par le quotidien. Elle tente d’inscrire sur ses visages de femme des sentiments divers : mélancolie, douceur, rêverie, force évasion, douleur, solitude, etc. qui les animent.
Afin de repousser les limites de ses créations artistiques, elle essaie de nouvelles techniques et laisse aller son imagination à chaque toile et au gré du pinceau, du couteau ou de tout autre instrument.
Dans cette démarche, elle s’approprie les objets familiers jarres, cruches, calebasses, govi… etc. utilisés par les femmes haïtiennes et africaines. Pour l’artiste, ces objets deviennent les confidents de ces femmes et font corps avec elles.
Peindre: c’est dire, c’est pleurer, c’est chanter, c’est un plaisir pour des yeux observateurs, c’est l’évasion, c’est sourire à la vie, c’est vivre.