Lena Ghio

Multidisciplinaire | Multidisciplinary arts , Visual arts , Other | Site | CV

Issue de la communauté Italienne j’ai rencontré l’art enfant. Un artiste a marqué les origines de ma démarche artistique plus que tout autre : Léonardo Da Vinci. L’impact de Da Vinci est que je ne peux dissocier l’art de la recherche pour la connaissance dans son sens le plus grand. En 1997, après avoir reçu mes certificats d’artiste multidisciplinaire de l’École des Beaux Arts Saydie Bronfman, j’invente le Phénomène Art comme véhicule pour ma pratique. L’intention est de mettre à l’épreuve ce que je connais sur la propension créative du temps. Toutes démarches, tous contacts, toutes études et recherches tombent sous l’autorité de l’œuvre en cours. Hors les murs, même sans ressources, je dois emmener mon œuvre au public. Les deux premiers Phénomène Art sont réalisés au Faubourg Sainte-Catherine en mai et en septembre 1997. Ensuite c’est la multinationale Molson, maintenant Molson Coors, qui m’accueille pour huit années consécutives lors des Journées de la culture. Je deviens la première artiste à présenter son œuvre sur les paliers d’une corporation lors des Journées et Molson devient ainsi la première corporation à présenter une artiste dans ses établissements lors des Journées. En 2003, lors des Phénomène Art VII : Tao 1 et 2, j’introduis au public l’OMI, the Object of Mystical Importance (l’objet d’importance mystique). En 2008, je deviens membre du DAM, Diversité Artistique de Montréal. En 2011, j’étudie la science à l’Université McGill pour un jour réaliser une installation vivante qui complètera la quatrième étape de Phénomène Art XI : Force ( la force de la gravité que j’illustre par les phénomènes naturels ). Cette œuvre prouvera comment la mécanique céleste et la gravité influencent l’évolution de la vie dans un système solaire. J’ai écrit quatre articles sur mon blogue qui sont le fondement scientifique de l’installation vivante proposée. Un papier inédit qui élucidera toute la réflexion accompagnera l’installation vivante. L’été 2013 j’installe quelques OMIs autour d’un bol clair rempli d’eau avec l’intention de photographier les réfractions d’objets dans l’eau pour ensuite en faire des aquarelles. Quand j’ai développé les images, j’ai découvert un monde inimaginable. L’eau s’est mise à me « parler ». C’est par hasard que je découvre cette qualité que possède l’eau de répondre en images uniques, autonomes, et mon art/recherche explore le langage de l'eau. Dans les photos que j’ai réalisées à ce jour on retrouve les réactions de l'eau aux installations que j'ai placées autour d'un bol d'eau en tant que sujet de dialogue avec celle-ci. Si les "visions" dans l'eau étaient anciennement perçues comme un mythe, aujourd'hui nous pouvons aller plus loin et explorer le phénomène scientifiquement avec les nouvelles technologies. Je nomme ces œuvres des EMERGE ART Le côté numérique du développement de l'image est Forensic Photoshop, une méthode qui traite des évidences judiciaires et préserve l'authenticité des preuves scientifiques.

Emerge Art ORIGINS